Communiqué de presse

Des risques non ciblés ont mené au chavirement et au naufrage d’un remorqueur près du nouveau pont Champlain de Montréal en 2016

Gatineau (Québec), le 12 octobre 2017 — Dans son rapport d'enquête (M16C0036) publié aujourd'hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a établi que l'absence de procédures d'exploitation normalisées et une évaluation inadéquate des risques pour la sécurité associés à des activités maritimes complexes ont causé le chavirement et le naufrage du remorqueur Ocean Uannaq au large de Montréal (Québec) en 2016.

Le 1er avril 2016, trois remorqueurs, dont l'Ocean Uannaq, travaillaient à repositionner un chaland d'excavation sur le fleuve Saint-Laurent dans le cadre des travaux de construction du nouveau pont Champlain. L'Ocean Uannaq et un autre remorqueur fournissaient de l'aide à l'Ocean Catatug 1, qui était amarré au chaland. Avant le déplacement, on avait relevé les bêches d'ancrage en amont, puis les bêches d'ancrage en aval. Une des bêches d'ancrage en aval est toutefois demeurée coincée dans son logement alors qu'on la relevait. Le fort courant autour de la bêche coincée a fait pivoter le chaland et le remorqueur qui y était amarré. Le câble bâbord du Catatug 1 est alors entré en contact avec l'Ocean Uannaq. La combinaison de ce contact et du courant opposé a créé un effet hydrodynamique qui a entraîné le chavirement rapide du remorqueur. Les deux membres d'équipage ont réussi à monter à bord du remorqueur amarré. L'Ocean Uannaq a coulé à 18 h 50. Il n'y a eu ni blessure ni pollution.

Selon l'enquête, ni le propriétaire du remorqueur ni l'exploitant n'avaient évalué les risques de ces activités maritimes complexes. Il n'existait donc aucune procédure d'exploitation pour aider les capitaines à suivre des pratiques exemplaires. Les capitaines devaient prendre des décisions ponctuelles. La gestion de la sécurité et la surveillance figurent sur la Liste de surveillance du BST. L'importance d'une gestion des risques efficace a été démontrée dans d'autres événements.

À la suite de l'événement à l'étude, l'exploitant a convié les personnes en cause dans cet événement, des personnes clés du chantier de construction ainsi que les propriétaires des remorqueurs et du chaland à participer à une enquête interne sur l'accident. À la suite de cette enquête, la portée des procédures d'exploitation normalisées existantes pour les activités à terre a été étendue aux activités de construction maritime, et l'exploitant a mis en place des procédures pour aider les travailleurs à cerner et à atténuer les risques sur le chantier. Après l'événement, l'exploitant a aussi embauché un chef adjoint de l'exploitation maritime, dont la principale responsabilité est de veiller à la sécurité des activités maritimes.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca