Sélection de la langue

Enquête sur la sécurité du transport aérien A20O0029

Table des matières

Impact d’oiseau et décollages refusés

Embraer E190 d’Air Canada et Boeing 777-300 d’Air Canada
Aéroport international Lester B. Pearson de Toronto (Ontario)

L'événement

Le , à 9 h 48, heure avancée de l’Est, un aéronef Embraer 190-100, exploité par Air Canada, avec quatre membres d’équipage et 83 passagers à bord, effectuait un décollage selon les procédures de départ de vol à vue de la piste 06L à l’aéroport international Lester B. Pearson de Toronto (CYYZ). Après que l’Embraer 190 a commencé sa course au décollage, un Boeing 777-300, exploité par Air Canada, avec 14 membres d’équipage et 345 passagers à bord, a reçu l’ordre de se positionner et d’attendre sur la piste 06L. Alors que l’Embraer 190 effectuait la course au décollage, le contrôle de la circulation aérienne a donné une autorisation de décollage au Boeing 777. Quelques instants plus tard, l’Embraer 190 a heurté un oiseau. L’équipage de conduite a amorcé un décollage interrompu et a fait un appel radio sur la fréquence de la tour indiquant qu’il interrompait le décollage. Au moment de l’appel radio, l’équipage du Boeing 777 a relu l’autorisation de décollage sur la même fréquence et a commencé sa course au décollage. Les transmissions radio simultanées n’ont pas été détectées — ni le contrôle de la circulation aérienne ni l’équipage du Boeing 777 n’ont entendu l’appel radio de l’Embraer 190.

À environ 80 nœuds, l’équipage de conduite du Boeing 777 a remarqué que l’Embraer 190 était toujours sur la piste, a amorcé un décollage interrompu et a fait un appel radio sur la fréquence de la tour indiquant qu’il interrompait également son décollage. L’Embraer 190 a décéléré et est retourné à l’aérogare. L’équipage de conduite du Boeing 777 a décéléré, s’est arrêté sur la piste puis s’est rendu à l’aérogare après avoir laissé refroidir les freins. Il n’y a eu aucun blessé. Aucun des deux aéronefs n’a été endommagé.

Le BST mène une enquête.


Informations d'enquête

Carte de la région




Enquêteur désigné

Photo de Jean-Pierre (Jeep) Régnier

Jean-Pierre (Jeep) Régnier est enquêteur principal, Normes et assurance de la qualité, au sein de la Direction des enquêtes aéronautiques à l’administration centrale du BST à Gatineau. Il a plus de 30 ans d’expérience en aviation, dont plus de 27 ans d’expérience au sein de l’Aviation royale canadienne (ARC) comme officier et pilote d’hélicoptères. De ces 27 années à l’ARC, il a travaillé pendant 5 ans comme enquêteur d’accidents. M. Régnier a acquis son expérience de vol en pilotant les hélicoptères CH-124 Sea King et Bell 206 Jet Ranger. Il également a obtenu une maîtrise en sécurité et enquêtes sur les accidents de l’Université Cranfield, au Royaume-Uni, et s’est joint au BST en 2015.


Catégorie de l’enquête

Cette enquête est une enquête de catégorie 3. Dans le cadre de ces enquêtes, on analyse un petit nombre de problèmes de sécurité. Parfois, ces enquêtes donnent lieu à des recommandations. Les enquêtes de catégorie 3 se concluent généralement en 450 jours. Pour de plus amples renseignements, consultez la Politique de classification des événements.

Processus d'enquête du BST

Une enquête du BST se déroule en 3 étapes :

  1. L'étape du travail sur le terrain : une équipe d'enquêteurs examine le lieu de l'événement et l'épave, interviewe les témoins et recueille toute l'information pertinente.
  2. L'étape d'examen et d'analyse : le BST examine toute la documentation liée au dossier, effectue des tests en laboratoire sur des composantes de l'épave, établit la chronologie des événements et identifie toute lacune en matière de sécurité. Lorsque le BST soupçonne ou constate des lacunes en matière de sécurité, il en informe sans tarder les organismes concernés sans attendre la parution du rapport final.
  3. L'étape de production du rapport : une version confidentielle du rapport est approuvée par le Bureau et envoyée aux personnes et organismes qui sont directement touchés par le rapport. Ceux-ci ont l'occasion de contester ou de corriger l'information qu'ils jugent erronée. Le Bureau tient compte de toutes les observations fournies avant d'approuver la version définitive du rapport, qui est ensuite publiée.

Vous trouverez de plus amples détails à la page sur le Déroulement des enquêtes.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.