Communiqué

La Liste de surveillance 2020 du BST met en lumière huit enjeux clés de sécurité des transports

Gatineau (Québec), le 29 octobre 2020 — Aujourd’hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a publié sa Liste de surveillance 2020. Depuis dix ans, la Liste de surveillance du BST met en lumière les principaux enjeux de sécurité et les mesures nécessaires pour rendre le système de transport du Canada encore plus sécuritaire. La Liste de surveillance 2020 énumère huit enjeux de sécurité clés qui nécessitent l’attention du gouvernement et de l’industrie et qui résultent de centaines d’enquêtes, de données et d’observations probantes, et de recommandations actives du BST.

En ces temps sans précédent, l’industrie du transport et le pays tout entier sont confrontés à de nombreux défis. Tout en reconnaissant les difficultés causées par la pandémie de la COVID-19, l’attention qu’accorde le BST à la sécurité reste la même.

« La liste de surveillance évolue constamment », explique la présidente du BST, Kathy Fox. « Si des progrès suffisants sont réalisés pour réduire les risques, d’anciens enjeux sont retirés de la liste, tout comme de nouveaux enjeux y sont ajoutés lorsqu’ils se présentent. La Liste de surveillance 2020 en est un bon exemple, car plusieurs enjeux des années précédentes persistent, mais nous avons également ajouté un nouvel enjeu, nous en avons retiré un, et divisé un autre enjeu en deux. »

La nouveauté de la Liste de surveillance 2020 est le risque de mouvements imprévus ou non incontrôlés d’équipement ferroviaire. Le nombre de mouvements non contrôlés augmente ; le total de l’année dernière étant de 78, ce qui est bien au-dessus de la moyenne sur 10 ans. Le BST a formulé deux recommandations concernant les mouvements non contrôlés (R14-04 et R20-01) et a émis une préoccupation liée à la sécurité.

« Les événements récents qui se sont produits en Colombie-Britannique et en Saskatchewan ont également fait des victimes », dit Kathy Fox. « Réduire ces chiffres exigera une collaboration entre Transports Canada (TC), les compagnies de chemin de fer et leurs représentants syndicaux alors qu’ils élaborent des stratégies et mettent en œuvre des défenses physiques et d’autres mesures de protection d’ordre administratif pour réduire les risques.

La lenteur de la réaction aux recommandations du BST, qui a été soulignée pour la première fois en 2016, a été retirée de la Liste de surveillance de cette année. À cette époque, 52 recommandations du BST en suspens remontaient à au moins 10 ans, dont plus de la moitié avaient plus de 20 ans. En 2020, le Bureau a déterminé que les progrès réalisés à ce jour étaient suffisants pour retirer l’enjeu de la liste. Le BST continuera de surveiller les recommandations en suspens restantes au moyen d’autres enjeux de la Liste de surveillance et de sa réévaluation annuelle des recommandations en suspens.

Les enjeux multimodaux de la gestion de la sécurité et de la surveillance ou de la surveillance réglementaire restent sur la Liste de surveillance de cette année, maintenant comme des enjeux distincts, car chacun est distinct et nécessite des solutions uniques.

Demeurant également sur la Liste de surveillance 2020 :

  • Sécurité de la pêche commerciale : Les progrès en matière de sécurité ont été lents, sporadiques et localisés. Après dix ans d’inscription sur la Liste de surveillance, les rapports du BST continuent de relever les mêmes conditions non sécuritaires : mauvaise connaissance des limites de stabilité d’un navire, défaut d’avoir l’équipement de sauvetage essentiel à bord, et défaut de porter un vêtement de flottaison individuel.
  • Sorties en bout de piste : Malgré les mesures prises à ce jour, le nombre de sorties en bout de piste au Canada est demeuré constant depuis 2005 et exige toujours un effort concerté pour être réduit.
  • Incursions sur piste : Le taux d’incursions sur piste, qui surviennent lorsqu’un aéronef ou un véhicule occupe par erreur une piste en service, a augmenté de 86 % en dix ans.
  • Respect des signaux ferroviaires : Le nombre d’événements signalés où des signaux n’ont pas été respectés a augmenté, car les équipes de train interprètent mal ou perçoivent mal les signaux ferroviaires. En l’absence de défenses physiques à sécurité intégrée, le fait de ne pas respecter les signaux pourrait entraîner une collision ou un déraillement.
  • Fatigue : L’un des enjeux les plus répandus qui reste sur la Liste de surveillance, la fatigue pose un risque pour la sécurité des opérations aériennes, maritimes et des trains de marchandises parce qu’elle pourrait diminuer plusieurs aspects de la performance humaine.

« Résoudre ces enjeux de sécurité des transports sera-t-elle chose facile? Bien sûr que non », conclut Kathy Fox. « Le gouvernement et les intervenants de l’industrie doivent encore travailler ensemble, en renforçant une collaboration déjà existante, et en trouvant des manières nouvelles et différentes de collaborer. Nous continuerons de surveiller ces enjeux, de faire état des progrès réalisés au fur et à mesure, et d’attirer l’attention là où c’est nécessaire. La population canadienne d’un océan à l’autre peut compter sur nous. »

Pour en savoir plus sur la Liste de surveillance 2020, consultez la page : https://www.bst-tsb.gc.ca/surveillance.

Pour visionner l’annonce officielle, visitez la chaîne YouTube du BST.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca

Date de modification :