Enquête sur la sécurité du transport aérien A20W0016

Mise à jour en novembre 2020 : Cette enquête est à l’étape de production du rapport.

Table des matières

Atterrissage brutal

Bombardier Challenger 605
Aéroport international de Calgary (Alberta)

L'événement

Un Bombardier Challenger 605 immatriculé à titre d’aéronef privé effectuait un vol en provenance de l’aéroport international de Palm Beach en Floride, aux États-Unis (KPBI), en direction de l’aéroport international de Calgary, en Alberta (CYYC), avec trois membres d’équipage et 10 passagers à bord.

Lors de la descente finale, l’équipage de conduite a tenté de déployer les volets et a immédiatement reçu un message d’avertissement de défaillance des volets. On a décidé d’abandonner l’approche, et l’équipage a reçu l’autorisation du contrôle de la circulation aérienne (ATC) de se diriger vers le nord-est de l’aéroport et de résoudre le problème. L’équipage a exécuté la procédure applicable et a par la suite reçu l’autorisation de l’ATC de procéder à l’atterrissage.

On a ensuite effectué un atterrissage sans volets déployés. Au cours de la course à l’atterrissage, après le déploiement du déporteur sol et de l’inverseur de poussée, l’aéronef a pris une assiette en cabré importante. Le fuselage arrière de l’avion a percuté la piste et, lors du rétablissement, le train d’atterrissage avant a percuté la piste. L’avion s’est éloigné de la piste et de l’aire de stationnement prévue. Une inspection ultérieure a révélé que l’avion avait subi des dommages structurels importants au fuselage avant et des dommages mineurs au fuselage arrière. Il n’y a eu aucun blessé.

Le BST mène une enquête.


Informations d'enquête

Carte de la région




Enquêteur désigné

Photo de Jeremy Warkentin

Jeremy Warkentin s'est joint à la Direction des enquêtes aéronautiques du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) en 2017 à titre d'enquêteur technique principal, au bureau régional d’Edmonton en Alberta.

M. Warkentin est diplômé du programme de technique d’entretien d'aéronefs du British Columbia Institute of Technology et compte plus de 20 ans d’expérience comme technicien d'entretien d'aéronefs, de gestionnaire de l'assurance de la qualité et gestionnaire de base / activités pour plusieurs exploitants d'aéronefs à voilure fixe. Il détient les licences en maintenance M1 et M2, et a travaillé avec des appareils de taille diverse d’une taille allant du Cessna 152 au Airbus A321.


Catégorie de l’enquête

Cette enquête est une enquête de catégorie 3. Dans le cadre de ces enquêtes, on analyse un petit nombre de problèmes de sécurité. Parfois, ces enquêtes donnent lieu à des recommandations. Les enquêtes de catégorie 3 se concluent généralement en 450 jours. Pour de plus amples renseignements, consultez la Politique de classification des événements.

Processus d'enquête du BST

Une enquête du BST se déroule en 3 étapes :

  1. L'étape du travail sur le terrain : une équipe d'enquêteurs examine le lieu de l'événement et l'épave, interviewe les témoins et recueille toute l'information pertinente.
  2. L'étape d'examen et d'analyse : le BST examine toute la documentation liée au dossier, effectue des tests en laboratoire sur des composantes de l'épave, établit la chronologie des événements et identifie toute lacune en matière de sécurité. Lorsque le BST soupçonne ou constate des lacunes en matière de sécurité, il en informe sans tarder les organismes concernés sans attendre la parution du rapport final.
  3. L'étape de production du rapport : une version confidentielle du rapport est approuvée par le Bureau et envoyée aux personnes et organismes qui sont directement touchés par le rapport. Ceux-ci ont l'occasion de contester ou de corriger l'information qu'ils jugent erronée. Le Bureau tient compte de toutes les observations fournies avant d'approuver la version définitive du rapport, qui est ensuite publiée.

Vous trouverez de plus amples détails à la page sur le Déroulement des enquêtes.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements de transport aérien, ferroviaire, maritime et pipelinier. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Date de modification: